Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Souvenirs des années soixante à travers les livres et la presse

04 Jan

Mai 40 l'évacuation l'Exode des gens du Nord

Publié par Jean Fievez  - Catégories :  #"

En mai 1940 j'ai 6 ans. comme beaucoup j'ai évacué et parcouru plus de 120 km à  pied, échappé aux bombardements, et mitraillage de l'aviation allemande.                                         Huit  à neuf millions de réfugiés civils sur le sol  français en mai juin 1940. 10000 personnes tuées par les bombes allemandes, 90000 enfants  perdus recensés par la croix rouge internationale. La grande peur collective du peuple français fut un évènement cauchemardesque que le terme  biblique d'exode  servit  à l'exode à blessé  tué sans distinction, il a frappé des villes et des villages et fait exploser des familles, il a touché les personnes au plus profond 'elles même. l'exode fait partie des plaies mal cicatrisées de la mémoire nationale. A lors que des millions d'acteurs et de témoins il est resté à la recherche historique; peut être parce qu'il a frappé principalement les populations du Nord, les boches du Nord comme certains les appelaient. Toutes les familles du Nord ont été touchées, un collègue de travail évacué près de Dunkerque  à assisté à l'exécution de son oncle pris comme otage, un de mes beaux frères à perdu sa mère en Dordogne  , tuée le 14 juillet alors quelle revenait de la messe par un soldat allemand.

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

31 Août 1939

Tension entre l'Allemagne et la Pologne

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

Premier septembre 1939

L'Allemagne envahit la Pologne
Pourtant les deux pays avaient signé un pacte de non agression en janvier 1940
 
Mobilisation générale
 

 

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

 

Premier octobre 1939

Rentrée des classes

.Les enfants sont employés dans les champs aussi les grandes vacances scolaires se déroulent du 14 juillet au 30 septembre. Pour la première fois je vais à l'école, j'ai 5 ans et demi.

Les instituteurs ont été mobilisé aussi nous sommes reçus dans l'école des filles.Je fais cette rentrée scolaire à Hélesmes petit  village du  Nrd..Chaque élève reçoit un masque à gaz

A l'école on chante Lily Mralmene,it's a long waay to Tipperary, lorsque descend le crépuscule Hitler avec ses bombardiers, on ira pendre le linge sur la ligne siegfid

C'est la drole de guerre.l'armée anglaise s'installe dans le village un certain temps,  un soldat anglais me donne un ballon de football en caoutchouc. Les alertes sont fréquentes. Un jour sur le chemin de l'école la sirène retentit , je me réfugie chez le marechal ferrant

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
L'armée anglaise traverse un village, essyage de masques à gaz

L'armée anglaise traverse un village, essyage de masques à gaz

Mai 1940

L'exode, l'évacuation

Quatre semaines en enfer

9 Mai 1940

L'Allemagne accuse les alliés d'invention infame

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du NordMai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

10 Mai 1940

l'Allemagne envahit la Belgique,la Hollande et le Luxembourg 

 
Le 10 mai l'armée allemande envahit la Belgique et fonce vers la France à travers la forêt ardennaise que l'état major français croyait infranchissable.. On quitte notre maison à Hélesmes pour nous réfugier chez mes grands parents à Grohain, un petit hameau de Wandignies Hamage perdu dans les bois, à l'écart des routes. Mon grand père a creusé une tranchée , couverte de branchages qui servent de camouflage.L'aviation allemande bombarde les gares et les villes du Nord faisant de nombreuses victimes.Achaque passage d'avions on se précipite dans la tranchée. Les civils belges commencent à passer.
 
 
 
 

 

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

Les Belges fuient

C'est la panique générale. Les Belges qui ont connu les exactions de l'armée allemande lors de la première guerre fuient devant l'avance allemande et commencent à encombrer les routes du Nord. Ils seront biientot suivis par les habitants du Nord qui eux aussi on eu à souffir de l'armée alllemande. Les plus fortunés qui possèdent une  voiture sont les premiers à fuir.
 

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

11-12 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

Les Allemands , mitraillent, bombardent la population civile

 

 

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Bilan des bombardement10 mai

Bilan des bombardement10 mai

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Bombardement de civils à Tirlemont en Belgique
Bombardement de civils à Tirlemont en Belgique

Bombardement de civils à Tirlemont en Belgique

Roosevelt  dénonce les attaques contre les civils

Roosevelt dénonce les attaques aériennes des civils

Roosevelt dénonce les attaques aériennes des civils

dessin satiriques

dessin satiriques

13 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

14 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
le matin 14 mai 1940

le matin 14 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Cambrai en flammes

Cambrai en flammes

15 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

16 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

b

17 mai 1940

L'aviation allemande  terrorise la population civile

Mitraillé par un chasseur allemand

 
Ma mère décide d'aller rechercher  quelques affaires dans notre maison d'Hélesmes. Entre la maison de ma grand mère à Grohain et la maison d'Hélesmes il y a environ 10 km. Il faut traverser le village d'Hornaing ensuite la route traverse des champs pour atteindre Hélesmes.
Nous partons à pied, mon cousin Henri Pauquet nous accompagne. Al'approche d'Hélesmes un chasseur allemand surgit et nous prend pour cible. Pour l'état major allemand il faut térroriser la population civile et la masacrer. Les balles ricochent sur les pavés heureusement sans nous atteindre. Nous cherchons refuge dans la ferme toute proche. Le fermier refuse de nous acceuillir. Nous trouvons refuge dans une maison voisine où la dame priait. L'alerte terminée ma mère alla remercier le fermier.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

17mai 1940

La famille Bruniau prend la route de l'exode qui la conduira jusqu'à Souesmes en Sologne

Serge Bruniau 9 ans à son tour évacue accompagné de sa mère Suzanne, ses grands mères Emerence et Berthe, ses tantes Berthe et Yvonne, ses cousines Renée et Berthe qui ont pris place dans une camionnette conduite par son père Robert .Il quitte l'abattoir de Denain et gagne la route nationale, arrivé à la pyramide d'Haulchin , ils sont mitraillés par un avion allemand et doivent faire demi tour. Ils reprennent la route qui va les mener jusqu'en Sologne. Ils traversent Cambrai en flammes et se dirigent vers Saint Quentin. Cambrai sera occupé le 19 mai. La bataille fait rage et entendent le canon tonner au loin. A la nuit tombée ils arrivent à Ham. La route est encombrée  par tout ce qui peut rouler, voiturettes, brouettes et par des milliers de marcheurs qui fuient devant l'avance allemande. ils passent la nuit à Ham au petit matin ils reprennent la route par Senlis ils gagnent Saint Germain en Laye où ils retrouvent Henri Nison le mari de sa tante Berthe qui doit rejoindre le front. de Saint Gerrmain ils gagnent Paris par l'avenue de la Grande Armée. Boulevard des Italiens un couple leur offre l'hospitalité pour la nuit.Le lendemain matin ils remercient ces gens qui les ont accueillis. Ceux ci leur indiquent une adresse à Etrechy près d'Etampes où ils pourront trouver du travail et se loger.Par Juvisy toujours en quête de nourriture et d'essence ils gagnent Etrechy. en cours de route son père remarque un attroupement, il s'y précipite et revient avec un pain sans levure. Ils atteignent Etrechy et trouvent un hébergement et du travail. Mes parents travaillent  chez les huiles Desmarest dans le restaurant d'entreprises.. le soir ils rapportent de la nourriture.. L'avance allemande se poursuit et se rapproche de Paris. Il faut à nouveau fuir. nous reprenons la route , encombrée d'évacués. Les avions allemands nous mitraillent  et bombardent. nous nous abritons dan les fossés. il y a de nombreux morts, des blessés, un corps est recouvert d'un drap blanc. Nous continuons vers le sud direction la Loire.. Nous atteignons la Loire que nous traversons à Ja(rgeau avant que celui ci soit détruit.. nous traversons la Sologne , La Motte Beuvron, Salbris. Notre fuite prend fin à Souesmes dans le Loir et Cher où nous trouvons à nous loger. Le 19 juin les Allemands arrivent à Souesmes. Nous assistons à la reddition des soldats français.On nous rassemble sur la place publique. Les portes et fenêtres des maisons de la place se ferment. Les Allemands nous distribuent de la nourriture. Un officier qui parle parfaitement le français prend la parole tandis que l'on nous filme. mes grands parents demandent si nous pouvions regagner le Nord.. la requête est acceptée à condition  de ne pas emprunter les routes nationale et gêner les véhicules allemands. Nous reprenons la route du retour. sur une route départementale  des soldats allemands nous barrent la route. L'inquiétude grandit. un soldat s'approche te nous demande si nous voulions de la soupe. Nous acceptons, nous avions faim. nous reprenons la route . Notre camionnette tombe en panne. un soldat nous demande où nous allons, vers Cambrai. il nous explique qu'il part en mission à Cambrai. Il nous remorque, arrivons à Cambrai. Malgré plusieurs pannes successives sommes de retour à Denain . La nous retrouvons mon grand père Oscar qui est parti à pied, mon arrière grans père jules Bruniau qui va connaître sa troisième occupation après celles de 1870 et 1914. nous ne retrouverons pas le tandem que mes parents avaient caché sous un tas de charbon. 

 

 

Périple de la famille Bruniau

Périple de la famille Bruniau

Le pont de jargeau

Le pont de jargeau

la place de Souesme en 2017

la place de Souesme en 2017

18 mai 1940

Le front se rapproche. les concentrations miltaires amplifiées par des renforts ne passent pas inaperçues par l'avaiation allemande. Si dans la matinée les raids affectent les région de Cambrai et Valenciennes .le douaisis se trouve particuilerement visé dans l'après midi.Somain situé à peu de kilomètres de Grohain va être la cible de l'aviation allemande. quatre attaques successives sont lançées sur la gare de Somain et ses environs

Le pont sur la scarpe à Marchiennes est détruit 

 

 

 

 

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
une rue de Valenciennes

une rue de Valenciennes

le petit parisien 18 5. source Gallica

le petit parisien 18 5. source Gallica

le petit journal source gallica

le petit journal source gallica

la cinquième colonne source gallica

la cinquième colonne source gallica

les spectacles le petit journal du 18 mai. source gallica

les spectacles le petit journal du 18 mai. source gallica

la vie économique le petit journal source gallica

la vie économique le petit journal source gallica

 

  19 mai 1940

La guerre se rapproche

Le Douaisis sous les bombes (Douai et sa région sous les bombes Pierre Thomas
Vers 11h30 les Dorniers qui nous avaient survolé attaquent le gare de Douai et ses environs. les sifflements sont terribles, les dallages des caves se soulèvent. Le quartier de la gare jusqu'au pont de Lille, la rue de Marchiennes, l'hotel du Nord, la rue François Cuvelle, la place Carnot, la rue Fortier, la caserne Conroux, le lycée Chatelet qui lui est contigu, la place d'armes côté porte de Valenciennes, l'usine Arbel, la porte de Valenciennes sont atteints. Le collège Saint Jean, l'hôpital hospice sont endommagés par des bombes incendiaires. Quand l'attaque se termine un spectacle d'apocalypse s'offre aux yeux de ceux qui impuissant essaient de porter secours. La gare  est pratiquement anéantie. il se trouve que quelques temps au paravent des trains de réfugiés belges sont parvenus de Tourcoing. les services locaux s'efforcent de les expédier vers Arras quand commence le raid. les voyageurs  descendent en catastrophe dans le souterrain croyant y trouver un abri sur. Une bombe tombe précisément à cet endroit perforant les  voies et le ballast qui le surplomb. Elle le  transforme en véritable charnier. des corps sur lesquels il sera difficile de mettre un nom, sont déchiquetés, et les blessés ne  se compte pas dans une espèce de tombe collective obscure en laquelle il n'y a pas moyen de sortir. un train a été coupé en trois. le calme revenu  on entend les cris déchirants des emmurés qui ne peuvent être secourus. L'horreur à l'état  pur. Sur la place de la gare en face les hôtels sont en flammes et ont disparus sur les personnes qui y ont trouvé refuge. sur la place Carnot, la désolation est totale . les arbres sont coupés nets au niveau du sol. Les camions militaires qui se sont camouflés sous les frondaisons sont entrain de se consumer. Il ne reste que des carcasses calcinées. A Saint Jean  on a vécu la tourmente dans les abris. le silence qui suit les explosions , l'attente anxieuse de la prochaine, le repliement sur soi  même, la prière, l'oreille angoissée qui essaie de déceler  l'approche ou l'éloignement de l'avion. Mais c'est fini les oiseaux de morts sont partis , On peut quitter l'abri. Saint Jean n'arien. de gros nuages  de fumées noires poussées par un vent  violent passent au dessus du collège. c'est la manutention qui  brûle. Nous sauront aussi  que d'autres bâtiment ont été atteints, les usine Arbel par exemple où nombreux ont été les victimes soit à l'intérieur soit à l'extérieur. plus loin sur la place d'armes, la désolation la ^plus total règne en maître. tout le quartier  médiévale du bas  n'est qu'un amoncellement de pierres et de briques. la rue resserrée par où s'échappaient les vieux tramways en direction de l'église Notre Dame est rayée de la carte. L'église elle même  a connu dans ses vitraux  les affres des bombes tombées au alentour. En face l'incendie fait rage à l'hôpital où les derniers pompiers  essaient d'évacuer les vieillards. Mais le summum de 'l'apocalypse se situe à hauteur de la porte de Valenciennes à l'angle de la rue d'Aniche en face du jardin public. depuis le matin une colonne compacte mélangée de militaires et de civils descend de la porte de Valenciennes  Une bombe tombe  sur un chariot de cultivateur et provoque un carnage.. Des restes humains ou d'animaux, de têtes , d'objets  personnels ,  de morceaux de véhicules  pendent lamentablement  dans les branches des arbres et y resteront plusieurs jours. 
.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

La rue de la gare après le bombardement

La rue de la gare après le bombardement

Avion Dornier DO 17

Avion Dornier DO 17

19 mai , 11 heures à notre tour nous prenons le route qui va nous conduire jusqu'à Béthune

De plus en plus de réfugiés  traversent la région, les alertes de plus en plus fréquentes et nous devons nous réfugier  dans l'abri de' grand père. toute la région est bombardée.

a 11 heures ce dimanche nous prenons la route de l'exode, il fait un temps magnifique. ma mère m'a mis  mon costume marin à la mode à cette époque. Il y a mon grand père Gustave qui a téé prisonnier durant 4 ans en Allemagne pendant la guerre de 14., ma grand mère Léonie, ma tante Hermence,, son mari Dosité, , mon oncle Philippe, ma mère qi attend Liliane qui naitra en août, mes sœurs Jeanine 4 ans , Lise 18 mois, mes cousins  Henri et Aimet Pauquet 11 et 7 ans et moi 6 ans. Nous partons à pied avec un maigre balluchon. Nous devions nous rendre à Saint Pol par Béthune suivant les affiches. On ne saura jamais qui à posé ces affiches, peut être la cinquième colonne.Nous avions parcouru  à peine un kilomètre que nous devions nous arrêter et nous abriter sous un arbre  près du château de la baronne à Hornaing.  Un combat aérien se déroule au dessus de nos têtes. Un formation de bombardiers allemands Dornier qui se dirige vers Douai est attaquée par des chasseurs français ou anglais. Un des bombardier est touché  on le voit se diriger vers Helesmes oû il s'abattra.. A notre retour  nous le découvriront gisant en travers de la route qui mène d'Hésesme à Denain près de notre maison. l'alerte passée nous continuons notre rouite par Erre, Fenain, Vred , Rieulay. Nous traversons Douai en flammes, Hénin Lietard., Lens . Nous traversons les villes au milieu des ruines. il faut trouver à manger et boire. Pour dormir on choisit  une maison où il reste  quelques choses pour se nourrir. sur la route c'est chacun pour soi. a un endroit on doit traverser une rivière où la pont à été détruit, il ne reste qu'une passerelle pour traverser. Mon grand père et mon oncle on dut faire  le coup de poing avec un évacué qui voulait  passer devant. Ils avaient pris à bout de bras la poussette avec lise. Cet évacué voulait jeter la poussette avec lise dans la rivière.. sans arrêt nous étions attaqués par les avion allemands, une fois j'ai du plonger dans un fossé rempli d'orties. comme j'avais des culottes courtes je m'en souviens encore. Suite aux attaques des avions, l'alerte passée il fallait retrouver sa famille. Une fois j'ai perdu ma famille , je ma suis retrouvé seul, j'ai attendu près d'un pont et j'ai eu la chance  de retrouver ma mère. beaucoup n'ont pas eu cette chance. la Croix Rouge estime à 90000 le nombre d'enfant qui ont perdu leurs parents..Arrivés à Lens  nous décidions de nous arrêter dans une maison non loin du stade Bollaert. Grand père redoutait un bombardement aussi il récupéra du bois  pour boiser la cave, il avait été boiseur à la mine. Heureusement  nous avons subi un terrible bombardement.. Dans ,notre cave on entendait les bombes siffler puis exploser , on pouvait respirer ce n'avait pas été pour nous, on entendait aussi le bruit des avions, des stukas qui avaient une sirène pour ,semer la panique . le bombardement terminé il ne restait rien de la maison ni de' la rue. pour sortir de la cave il fallut passer par le soupirail et marcher sur des cadavres. plus de 350 personnes furent tués. Je verrais toujours une mère morte penchée sur la poussette de son enfant lui aussi mort.. Nous avons repris notre route , à Loos en Gohelle un tirailleur algérien nous empêcha de poursuivre notre route, les Allemands étaient proches. Nous repriment notre route pour rencontrer les Allemands à Béthune. Nous n'avion plus qu'à prendre le chemin du retour. Le premier soldat allemand que nous avons rencontré donna un tablette de chocolat à ma mère qui lui jetta dans ses pieds. notre périple était terminé. Début juin nous étions de retour à Grohain où mon père nous attendais. Si la maison de mes grands parents n'avait pas souffert, notre maison d'Hélesmes avait été pillée  et mon chien boby avait disparu     

..

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

20 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

21 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

22 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

23 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

24 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

25 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

26 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

27 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

28 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

29 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

30 mai 1940

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

1er juin 1940

Lille capitule

Fin mai 1940

Valenciennes après la bataille

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

2 juin 1940

Hitler visite Bouchain

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord
Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

13 juin

Mai 40 l'évacuation l'Exode  des gens du Nord

13 juin

le matin source gallica
le matin source gallica
le matin source gallica
le matin source gallica
le matin source gallica
le matin source gallica
le matin source gallica

le matin source gallica

14 juin

le matin source gallica
le matin source gallica
le matin source gallica
le matin source gallica

le matin source gallica

15 juin

le matin source gallica
le matin source gallica
le matin source gallica
le matin source gallica

le matin source gallica

A suivre

Commenter cet article

À propos

Souvenirs des années soixante à travers les livres et la presse