Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Souvenirs des années soixante à travers les livres et la presse

05 Nov

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Publié par Jean Fievez

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Originaire de la région de Denain, pour moi Cail c'était avant tout les ateliers d'où sortaient des machines pour le monde entier et tous ses ouvriers.. C'était aussi le bombardement du 16 août 1943 que j'avais observé depuis ma maison et ensuite l'irruption des soldats allemands au milieu de la nuit à la recherche des pilotes de l'avion qui avait été abattu et l'officier allemand dire à ma mère nicht gut la guerre. C'est ensuite juste après guerre un monteur de moulins à cannes qui nous faisait rêver au retour des pays lointains, Egypte, Madagascar, Mozambique, Brésil ..Puis comme beaucoup à Denain l'entrée chez Cail à la sortie de l'école pratique ,

Embauché modeleur sur bois comme mes camarades embauchés je me retrouve mouleur à la fonderie fonte pour fabriquer des pièces qui vont équiper les dernières locomotives à vapeur destinées au Brésil et des pièces pour les moulins de la sucrerie de Kom Ombo en Egypte. Licencié pour manque de commande, Je suis repris au bureau d'études comme dessinateur.

Au retour du service militaire je réintègre le bureau d'études de l'usine de Denain. En 1958 Les établissements Cail fusionne avec la Compagnie de Fives Lille La société est réorganisée et un bureau technico commercial sucreries est créé à Paris rue Montalivet.

Je suis muté à Paris en 1959 Le service doit établir les offres pour la construction de sucreries de cannes ou de betteraves , la fourniture de matériels séparés, réaliser les prix de revient et de vente qui seront remis par les ingénieurs commerciaux aux futurs clients.

J'aurais ainsi le privilège de connaître les tenants et les aboutissant des affaires et aussi qu'il n'est jamais facile d'obtenir une commande et ainsi donner du travail au bureau d'études et à l'atelier. Que bien souvent les politiques et les donneurs de leçons anéantissent des mois et des années de travail pour obtenir une commande.

j'ai découvert un homme à qui fut un acteur majeur de la révolution industrielle du 19ième siècle ,fit honneur à la France, fit connaître Denain et les Denaisiens à travers le monde pour la qualité des matériels.

Il est dommage que l'actuelle municipalité ait rasé les bureaux au grand désespoirs de beaucoup de denaisiens pour qui travailler chez Cail était une fierté.

Les mêmes bureaux en Suisse ont été conservés et classés , comme en Angleterre et en Allemagne.

Raser ces bureaux était mépriser, les ingénieurs, les ouvriers, et tous ceux qui ont fait la renommée de Denain à travers le monde

Aussi il ne faut pas être étonné du déclin industriel de la France et la montée du chomage quand les politiques méprisent l'industrie française et tout ce qu'elle a apporté au Monde.

Aussi quand l'association de généalogie Flandres Hainaut m'a demandé d'écrire la biographie de jean François Cail, j'ai accepter avec plaisir et découvert pourquoi certain de mes anciens collègues étaient fiers d'avoir le buste de Jean François Cail sur leur bureau

Un destin hors du commun

Parti de son village des Deux Sevres avec un écu de 6 Fr en poche il sera à la tête d'une fortune de 28 millions de francs or alors que le seuil de la grande fortune sous le second empire est de 500 milles franacs. Il sera un acteur majeur de la révolution industrielle du 19ième siecle.

 

 Ses origines

Jean François Cail voit le jour le 18 février 1804 à Chef Boutonne commune des Deux Sèvres. son père Charles est charron et sa mère Marie Pinpin habitent dans une modeste maison située dans une venelle reliant le vieux Chef Boutonne au Chateau qui domine le village . Son père l'envoie à l'école où  Jean François montre toutes ses facultés à apprendre. A cette époque les études sont payantes, son père ne pouvant plus payer l'instituteur Jean François doit abandonner ses études                                  

Acte de naissance
Acte de naissance

Acte de naissance

Sa famille

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Son apprentisssage

Nous sommes en 1813 Jean François à 9  ans. Vers l'âge de 12 ans il opte pour l'apprentissage du métietr de chaudronnier alors que ses parents qu'il choisisse celui de  boulanger ou de cordonnier. le chaudronnier va à travers la campagne, ses outils sur le dos pour réaliser des travaux qu'on lui demande, soudure,étamage, fabrication de chaudrons, casseroles, alambics, marmites. Il fera son apprentissage chez son cousin. A l'âge de 15 ans il quitte son pays pour entreprendre son tour de France qui va durer 5 ans. il tremine son apprentissage à Paris

Son entrée dans l'industrie

Fort de son expèriencve acquise lors de son tour de France, il est prêt à affronter le monde de l'industrie naissante. il entre chez Pauwels faubourg Poissonière à Paris  une petite usine qui   fournit le gaz d'éclairage du quartier du Luxembourg. Il se trouve au conyact d'une industrie innovante qui fabrique des appareils nouveaux  et complexes auxquels il faut apporter des perfectionnements. Il peut y parfaire son savoir en chaudronnerie et en mécanique. Le 1er avril 1824 il rejoint son frère Jacques dans l'entreprise Charles Derosne, fondée par le chimiste Charles Derosne en 1812 rue des batailles actuelle avenue d'Iéna qui fabrique des appareils de distillation

Son ascension

Jean François va travailler à améliorer les appareils de dsitillation   

En 1825 il habiote 1 rue de Chaillot et se marie avec Jeanne Etienne Moulinelavec qui il aura une fille Célina née en 1830

Très vite il est remarqué par son patron qui lui offre l'argent nécessaire pour acheter un remplaçant aui cas oule tirage au sort l'obligerait à éffectuer son service militaire

charles Derosne acquiet vite l'idée qu'il a déniché l'oiseau rarei le nomme contremâitre, chef d'atelier,et ensuite directeur

C'est le début d'une association qui allie les idées théoriques du chimiste Charles Derosne aux dispositions pratiques de Jean françois Cail

                                                    

 

Les années 1830 : l'ouvrier devient patron

Jean françois Cail devient directeur associé en 1830, puis associé de Derosne.

Le 4 mars 1836 nait la socoété Derosne et Cail.

Entre temps le 8 août 1834 il se marie avec Marguerite Céline Lefranc issue de la petite bourgeoisie

Il a changé de statut social et apporte 60000fr dans la corbeille de mariage

lJean François Cail a dorénavent d'énormes responsabilités suppléant charles Derosnes lorsque celui -ci part promouvoirs leurs productions.

Il construit les appareils, dirige les éssais et les expèriences, contribuie à la recherche et à la mise au point des perfectionnements apportés au matériel de distillerie.

Des 1840 Derosnes  et Cail se lance dans la fabrication de machines à vapeur, de ponts métalliques et de matériel de chemin de fer

L'entreprise dont le siège se trouve quai de Billy, compte une fonderie à Chaillot, un ateleir quai de Passy, puis un autre est créé à Grenelle.

Dès 1841 les ateliers parisiens étant insuffisants JF Cail ouvre un atelier à Denain dont son frère deviendra directeur.

En 1846 Charles Derosne décède, dix ans après qu'il eut désigné Jf Cail comme son successeur.

Jean François Cail devient le propriétaire des établissements qui comptent 800 personnes à Paris, 700 à Grenelle,600 à Denain, 300 à Bruxelles, 100 à Amsterdam

Jean François Cail à Denain

En 1844 les Etablissements parisiens s'averant trop petit JFCail crée une succursale à Denain dans le Nord

Idéalement placée l'usine de Denain se touve au coeur des puits de mines. on trouve de l'autre côté de la rue la fosse Villars qui a ouvert en 1826, la fosse Renard est toute proche.

Les forges de Denain Anzin se trouvent aussi à proximité pour fournir le fer.

Dès 1835 la Compagnie des mines d'Anzin a établi une ligne de chemin de fer entre Denain et Saint Vaast

Un port fluvial sur l'Escaut est aussi tout proche

Les ateliers Cail se trouve aussi au centre d'une région berceau de l'indsutrie sucrière en France qui produit un huitième du sucre indigène français

Les fabricants de sucre du Valenciennois forment entre eux une espèce de franc maçonnerie.Ils sont tous amis, visitent réciproqueùmùent leurs usines, se communiquent toutes les particularités de leur fabrication. Il s'ensuit une solidarité de progrès remarquables.

L'arrondissement de Valenciennes est la grande école des fabricants de sucre indigène.

L'usine de Denain est spécialisée dans la fabrication des appareils chaudronnés, chaudières de locomotives, des pieces de forge, des roues de locomotioves et des appareils destinés à l'industrei sucrière. 

L'usine de Denain vers 1960

L'usine de Denain vers 1960

Jean François Cail et l'industrie sucrière

Jean François Cail est à l'origine dec nombreuses amèliorations, innovations dans l'indusrie sucrière.. Il déposera plus de 50 brevets

Il construira plus de 600 usnes de part le monde.

La bibliotèque de France conserve 18 fasicules écrits par J F Cail entre 1830 et 1870 , concernant les machinees à vapeur, l'épuration des jus de betteraves, la clarification, l'évaporation multiple éffets , les nouveaux appareils propres à amèliorer la fabrication du sucre aux colonies.

Des années 1820 à 1840 Derosne et Cail sont partie prenante dans la querelle opposant les tenents du sucre de cannne et de betterave

La loi du 2 jullet 1843 met fin à la querelle en établissant l'égalité des droits sur les 2 sucres.

Il se lie d'amitié avec Jaen Bapriste Leroux menbre du comité de direction des Etabilssements Cail qui a déposé un brevet pour une turbine destinée au raffinage du sucre

Au cours d'un voyage dans le Nord où il représente J F Cail Jean Baptiste Leroux rachète une petite chocolatrie en faillte à Orchies qui sera reconverite en fabrique de torréfaction de Chicorée.

Ainsi débutera la chicorée Leroux

Jean François Cail aux Antilles

La loi du 2 juillet 1843 va perlmettre de vendre les appareils de sucreries en métropole mais aussi dans les colonies

.Dès lors aux Antilles la socièté va remplacer le système ancien des habitations sucreries de la culture de la canne  à la fabrication du sucre par des usines qui traitent la canne de différentes plantations et elle va participer à l'abolition de l'esclavage.

La solution Cail s'impose à la suite du tremblement de terre en Guadeloupe de 1843 qui ruine nombre d'habitations sucreries.

Jean François Cail s'associe avec des propriétaires de sucreries.Il devient à la fois constructeur de matériel de sucreries, producteur de sucre et financier des industries locales.

Il va installer de nombreuses sucreries à la Martinique et en Guadeloupe.
La moniteur de la Martinique écrivait en 1845 au sujet de l'usine de la pointe Simon

" C'est une de ces merveilles de l'industrie moderne qui étonne et charme à la fois,quand on les examine avec soin et que l'on se rend  compte exact des ingénieuses combinaisons qui la font mouvoir"

"Sortie toute entière de la maison Cail, elle se compose d'un moulin de 16 chevaux, de deux chaudières à cuire dans le vide avec deux machines à vapeur, de 12 filtres, 3 monte-jus, 6 défécateurs, 3 condenseurs , un lavoir, un four à revivifier le noir et les étuve's.

Les générateurs sont de la force de 90 chevaux.

Un bateau à vapeur, deux chalands en fer et des grossbois pour le transport des cannes complètent ce magnifique ensemble.

L'usine emploie quotidiennement près de cent ouvriers et quelques esclaves résidant à Fort Royal.

elle paye en salaire près de 1500 fr par semaine, ce qui contribue à alimenter le commeerce de détail en ville"

Plusieurs musée aux Antilles rendent hommage à Jean François Cail, à Beauport une vitrine lui est consacré sous le titre la canne a trouvé ses maitres.

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Jean François Cail à Cuba

Les relations avec Cuba remontent aus années 1830 aux premières années de l'association entre Charles Derosne et Jean François Cail.

Ils y fondent une agence qui bientôt va supplanter la concurence anglaise et amèricaine dans la vente de matériel grâce à la réputation et aux perfectionnements des matériels de sucreries réalisées par Derosne et Cail

Dans les années 1980 un collègue de Paris se rend à Cuba pour la construction d'une clmenterie.

Un  Cubain apprenant qu'il était de Fives Lille Cai fut très heureux de le conduire dans une sucrerie pour lui montrer une machine à vapeur Cail qui fonctionnait toujours 

Jean François Cail à l'Ile de la Réunoin, Maurice , et Mayotte

Une agence est créée à Bourbon en 1852.

Les moulins à cannes et les appareils de sucreries Cail remplacent les matériels anglais à la Réuinin, l'Ile Maurice et Mayotte

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
vestiges de muolins à cannes à Mayottevestiges de muolins à cannes à Mayotte
vestiges de muolins à cannes à Mayottevestiges de muolins à cannes à Mayotte

vestiges de muolins à cannes à Mayotte

Jean François Cail en Egypte

En 1845 débute la construction de la première sucrerie de cannes dans la vallée du Nil sous la direction de l'ingénieur Monnier. Bientôt de nouvelles sucreries verront le jour à Minieh,Charouich, Dara Sanielh Magaza , Cheik Fadel, El Montana, Ermente, Abouxe, Massara, El Doudet.

La présence de Cail va encore être renforcée à partir de 1867.

Lors de l'exposition universelle de 1867 Napolein III organise un grand diner.

Jean François Cail est invité et se trouve à la même table que le Keidive Ismael Pacha.

A la fin du repas Jean François Cail aura obtenu la commande de nouvelles sucreriesi.

Il faudra attendre 1956 pour que la France perde sa prépondérence en Egypte suite à la désastreuse campagne de Suez

Les liens entre Fives Lille Cail et l'Egyptene seront rétablis qu'en 1970 avec l'extension de l'atelier de broyage de la sucrerie d'Abou Kourgas.

Je représenterai Fives lille Cail et participerais  à l'ouverture des offres au Caire

Après avoir débuté comme mouleur.et réalisé des pièces pour la Sucrerie de Kom Onbo,  puis êtres près d'être envoyé comme soldat à Suez  lors de l'expédition, les circonstances voulurent que je remplace l'ingénieur commercial lors de cette remise des offres

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Jean François Cail et l'industrie ferroviaire

En 1845 Jean François Cail livre ses premières locomotives, 7 Clapeyron pour la Compagnie du Nord qui commande ensuite 48 Stephenson.

Contre le versement de 100 livres oar locomotive construite J F Cail obtient de l'ingénieur Crampton la license pour monter ses locomotives.

En 1847 sort la première Crampton. Si les capacités de l'usine de Grenelle deviennent très importantes avec un hall de montage pour 12 locomotives et la sortie de cent locomotives par an des événements sociaux  viennent boulverser la bonne marche de l'entreprise.

Les ateliers de Grenelle sont choisis pour experimenter la création  des associations ouvrières organisées par Louis Blanc et plus connues sous le nom d'Ateliers nationaux.

Jean François Cail doit quittter Paris.

L'autogestion devient vite impossible.

L'expérience se termine dès le 9 juillet 1848.

En 1850 aucune machine ne sotira des ateliers.

Jean François Cail est rappelé et reprend l'affaire sous la forme d'une commandite par actions dénomméeJ F Cail et Compagnie.

Cent soixante machines seront livrées.

L'usine de Denain devenant trop petite des succursales sont crées à Douai et Valenciennes.

Une agence est ouverte à Sméla en Russie, puis un dépôt à Moscou, une usine à Saint Patersbourg.

En 1861 JF Cail passe une convention anec la Compagnie de Fives Lille en ce qui concerneeeee la construction de locomotives, des installations ferroviaires et des constructions métalliques.

Jusqu'en 1870 un total de 708 machines gfut réalisées.

Liste des locomotives construites par JF Cail
Liste des locomotives construites par JF Cail
Liste des locomotives construites par JF Cail
Liste des locomotives construites par JF Cail
Liste des locomotives construites par JF Cail

Liste des locomotives construites par JF Cail

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Jean François Cail un novateur dans l'agriculture en avance sur son temps

Jean Fançois Cail voulut appilquer sa méthode industrielleà l'agriculture.

jean François Cail disait le bonheur n'est pas dans l'accumulation de richesses, mais dans l'action d'entreprendre, d'inventer, de surmonterdes défits.

C'est à la Briche ( commune de Rilié, hommes, Continvoir)) canto de Château la valière Indre et loire situé à 40 kilomètres de Tours que Jean François Cail entrepris la concrétisation de son projet.

En 1853 il avait acheté au Plan près de Ruffec une propriété de 158 hectares où il avait commencé  à meettre ses idées en pratique.

A la Briche en mai 1857 il acheta 600 heectares de terrre  et de 1857 à 1857 conçu une ferme industrielle.

Il y supprime des centaines d"e kilomètres de fossés et de haies, assèche 332 hectares d'étangs, arrache 25000 peupliers pour créer un complexe agricole jamais égalé  avant.

Le domaine de La Briche atteindré 2000 hectares

la ferme possédait des bâtiments neufs, des commodités les plus extraordinaires pour l'époque , usine à gaz, ligne télégraphique.

au centre du domaine se trouvait le château que jean françois Cail fit construire.

A l'exposition unhiverselle de 1867 le domaine de la Briche était présent.

Voir lle livre ci'dessous

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Jean François Cail , bâtisseur

En 1861, l'ancien quartier de la Petite Pologne est encore un véritable bidonville, Hausman y inaugure le boulevard Malesherbes.

Jean François, Cail y acquiert un terrain où il fera bâtir son hôtel particulier.

Sa construction dure de 1865 à 1867 réalisé ^par l'architcte Albert Labouret mélange de style renaissance et classsique il est l'un des plus beaux de l'époque Napoléon III..

En 1926, les descendants de jean françois Cail vendent l'hôtel à la ville de Paris qui en fera la mairie du 8 ième arrondissement..

A la fin des années sioxante , il va lutter , à sa manière contre les loyers  rendus prohibitifs par l'enchérissement des terrains.

La société Cail achètera des terrains entre le chemin de fer de l'Est et du Nord..

Deux nouvelles artères, les rues Cail et Perdonnet sont crées où seront édifiés des immeubles à loyers modérés en pierre de taille avec balcons et usage de gaz.

Au début des années sioxante neuf, 31 immeeubles sont déja construits et habités par le personnel Cail

Il ne se contente pas de construire un hôtel particulier pour lui et des immeubles pour son personnel. Il édifie ausssi des immeubles en vue de les louer.

Ces immeubles de rapport sont tous situés dans des qurtiers prisés de la bourgeoisie paarisienne, près du palais du louvre, dans le quartier de la plaine Montceau, à Passy le futur 16ième arrondissement.

Tous ces immeubles hausmanniens sont construits en pierre de taille, pourvus de l'eau et du gaz et édifiés sur 6 étages.Près du Louvre le rez de chaussée est réservé aux boutiques .

Le 23 et 24 mai 1871 les deux immeubles de la rue de Rvoli et du Louvre seront incendiés par les communards.

Il a construit aussi des crêches et des écoles.

A Paris il fait construre le théatre des Bouffes du Nord

La mairie du 8ième arrondissement, la rue Cail actuelle, affiche du theâtre des bouffes du Nord
La mairie du 8ième arrondissement, la rue Cail actuelle, affiche du theâtre des bouffes du Nord
La mairie du 8ième arrondissement, la rue Cail actuelle, affiche du theâtre des bouffes du Nord
La mairie du 8ième arrondissement, la rue Cail actuelle, affiche du theâtre des bouffes du Nord
La mairie du 8ième arrondissement, la rue Cail actuelle, affiche du theâtre des bouffes du Nord
La mairie du 8ième arrondissement, la rue Cail actuelle, affiche du theâtre des bouffes du Nord

La mairie du 8ième arrondissement, la rue Cail actuelle, affiche du theâtre des bouffes du Nord

Les honneurs décernés à Jean François Cail

Guillaume II, le roi des Pays Bas en 1842 lui décerne la Croix de l'ordre de la couronne de chêne.

Lors de l'xposition de 1844 Louis Philippe le fait chevalier de la Légion d'honneur.

A la suite de l'exposition universelle de Londres, Napoléon III l'élève au rang de d'officier de la légion d'honneur.

En 1869 le roi des Belges le fait officier de l'ordre de Léoplod de Belgique.

La même année, le khédive d'Egypte Ismael Pacha le nomme commandeur de l'ordre de Medjidieh.

Pour fêter l'évennementJean François Cail donne un banquet le dimanche 25 avril 1869 dans les salons du Grand Hôtel de Paris.

Il y réunit ses amis, mais aussi ses employés, ouvriers de ses ateliers qui se sont cotisé pour lui offrir les insignes de ses décorations.

Parmi les convives figurent de nombreuses personnalités du monde politique, des représentants des colonies, des Antilles, de la Réunion,  de Cuba, de Belgique

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun
JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Jean François Cail à la Tour Eiffel

Lors de la construction de la Tour Eiffel, Gustave Eiffel à tenu à rendre hommage aux 72 savants, mathématiciens, scientifiques, industriels qui  avaient  honré la France entre 1789 et 1889, et par leurs travaux permis la construction de la tour.

Sur la face Grenelle se trouve Jean François Cail aux côtés de Becquerele, Gay Lusssac,

Sur les autres faces sont aussi honorés Lavoisier, Daguerrre, Breguet, Arago, Fresnel , Chaptal, Coulomb;, Ampère, Carnot, Cuvier, Laplace etc.

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Cail dans la peinture

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Jules Verne et Cail

Dans 2o milles  lieues sous les mers paru en 1869, Jules Verne fait fabriquer par Cail les réservoirs du Nautilus.

Vous êtes donc ingénieur capitaine Némo ?

Oui monsieur le professeur, me répondit il, j'ai étudié à Londres,à Paris ,à New York du temps que j'étais habitant de la mer

Mais comment  avez vous pu construire en secret cet admirable Nautilus?

Chacun de ses morceaaux , monsieeur Aronnax, m'est arrivé d'un point different du globe.et sous une destination déguisée.

sa quille  a été forgée au Creusot,son arbre d'hélice chez Pen et Co de londres, les plaques de tôles de sa coque chez Leard de Liverpool, son hélice chez Scott de Glasgow, ses réservoirs ont été fabriqués  par Cail et Co de Paris, sa machine par Krupp en Prusse, son éperon dans les ateliers de Motala en Suède, ses instruments de précision chez Hart frères de New Yoork etc..et chacun de ces fournisseurs a reçu mes plans sous des noms divres.

Jean François Cail à la bibliothèque de France

On peut retrouver, conservés à la Bibliothèque Nationale de France, des fascicules écrits par jean françois Cail concernant la fabrication du sucre des machines à vapeur, ou le domaine de la Briche, ainsi que des brevets.

La BNF détient au total 74 documents concernant Jean François Cail

La fortune de Jean François Cail

Parti de sa maison natale à 15 ans avec un écu de 6 francs en poche, il laisse à sa mort cinquante deux ans plus tard , une fortune de 28 millions de francs de l'époque, somme à mèttre en parallèle avec le seuil de grande fortune  fixé à 500 000 francs au second empire.

Les deux dots offertes à l'occasion du mariage succesif de Céline et Alfred dont le total atteignait 600 000 F était déja supérieur  à ce seuil.

Le seul mobilier de l'hôtel parisien était estimé à 111578 F.

Une bonne partie de cette colossole fortune plus de 40% est représenté  par des intérêts. sucriers:actions,obligations, parts de fondation, bons de liquidation et créances sur des sociétés

Le décès de Jean François Cail

Il quitte Paris le 28 mars 1871 pour les Plans près de Ruffec où il décède le 28 mai 1871. Son corps sera transféré à Paris  où il sera inhumé au Père Lachaise après la chûte de la commune.

Une allée du Père Lachaise porte son nom

JEAN FRANCOIS CAIL Un destin hors du commun

Sources

Bibliotèque Nationale de France

Turgan les grandes usines

Jean Louis Thomas jean françois Cail

Amis et passionés du Père Lachaise

Archives personnelles

Commenter cet article

À propos

Souvenirs des années soixante à travers les livres et la presse