Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Souvenirs des années soixante à travers les livres et la presse

24 Mar

Jules Mousseron poésies patoises

 - Catégories :  #"

Les Boches au Pays Noir

Dans l' avant-propos de son livre les Boches au Pays Noir Jules Mousseron écrit en 1919. ¨"Les gens qui sont restés ici pendant la guerre ne saurait oublier les stupides méchancetés que les Barbares nous ont fait endurer.Il ne paraissait donc pas indispensable d'en relater le souvenir dans un livre mais je crois qu'il était cependant utile de publier la relation de nos souffrances. car peut -être nos arrières petits-fils retrouveront de temps en temps,abandonné dans un grenier,un vieil exemplaire camoussé (moisi)des Boches au Pays Noir. Et la lecture de ces histoires vécues pourra aider nos descendants à bien connaitre les angoisses d'une invasion allemande,à mieux goûter le bonheur de vivre dans la paix,et à maudire la guerre"

Jules Mousseron

Denain 1919

Avant Propos

Comme l'a écrit Jules Mousseron j'ai retrouvé un vieil exemplaire parmi les livres de mon père.Mon père a été gravement blessé le 22 août 1914 lors du premier bombardement de Valenciennes . Ma grand mère dont la maison avait été réquisitionnée par les Allemands à Fenain me parlait souvent de coucou bel oeil le Uhlan qui montait la garde dans les champs pour empêcher les habitants de se rendre dans le village voisin. Pour eux et à l'occasion du centenaire de la guerre 14-18 je voudrais faire partager quelques uns des poèmes écrits par Jules Mousseron.

Pour les lecteurs qui ne comprendraient pas le rouchi,ils peuvent trouver sur le site de Gallica de la BNF,ou du livre numérique google la traduction en consultant le dictionnaire du patois rouchi écrit en 1834 par JHecart

Jules Mousseron

Poésies patoises
Les Boches au Pays Noir
La consigne

A Pierre Dautel

Sept heures du soir,dins l'coron l' foule

S'in sauv' comm' s'il allot pleuvoir

il est la r'trait, gar' vlà l'patroulle

Les bons Prussiens vont fair' leu d'voir.

Dins eun maison , l' famill' s'agenouille

Pour réciter l' prièr' du soir.

In veille un mort,et dins l' débroulle

El port' reste ouvert' sans l' vouloir.

L' patroulle hardimint s'y faufile

Comm' si ch's rot pour l'assaut d'eun' ville

"Furth!" s' met à hurler un soldat.

Mais eun gaillarde d' femm' s'estampe

et cri' montrant l' cerceuil dins l'champe:

"Avant ,fait déhutter c' ti là!"

1915

Commenter cet article

À propos

Souvenirs des années soixante à travers les livres et la presse