Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Souvenirs des années soixante à travers les livres et la presse

27 Jan

Soldat en Algérie 1956-1957

Début de la guerre d'Algérie

Je suis appelé pour effectuer mon service militaire le 3 novembre 1954. depuis 3 jours des évènements graves se déroulent en Algérie. que l'on appelé longtemps évènements d'Algérie. je fais parti de la 54 2 c. 

Soldat en Algérie 1956-1957

Lacoste demande des renforts

Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957

La situation dans l'Oranais en avril 56

Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957

La 5ième DB est envoyée en renfort

Nous sommes en mars 1956,depuis bientôt 18 mois je fais mon service militaire à Landau en Allemagne .Après des classes à Stetten.J'ai été incorporé au 86ième BRDB. de la 5ième DB.Un bataillon chargé de la réparation des véhicutes, tanks et artillerie de la division.,

A mon arrivée on nous préviens que nous pourrions être envoyés en Indochine mais les Américains vont prendre notre place au Vietnam Sud.

Après il a été question du Maroc. Ce qui s'est réalisé avec le 19ième BCP.

En février 1956 nous étions en manoeuvre à Munsingen par des tempèratures polaires moins 35 degrés quand le 19ième BCP a été retiré des manoeuvres pour être envoyé d'urgence au Maroc où des évènements graves se produisaient.

De plus en plus les ouvriers allemands avec qui nous travaillions nous envoyaient en Algérie.

En mars j'avais obtenu une permission pour passer Paques en famille.. Quelques jours avant Paques les permissions  sont annulées.

. Un samedi soir comme tous les samedis nous écoutions le bal du samedi soir sur Europe 1 quand la radio interrompit son programme .pour annoncer,le gouvernement c'est réuni  ce soir à 22 heures à l'Elysée et à décidé d'envoyer ses deus meilleures divisions en Algérie.

Le dimanche matin je vais faire ma partie de football comme d'habitude,l'Algérie revient dans toutes les conversations,pour certains de l'état major on risque de faire notre partie de football de l'autre côté de la Méditerranée.

A midi au retour du réfectoire une note est affichée dans l'entrée du bâtiment,la caserne est consignée sans autre explication.

Malgré l'interdiction de sortir avec 2 camarades je fais le mur pour aller voir le rouge et le noir. Landau qui grouille de militaires est désert,personne ne nous arrete.

A la sortie de la séance de cinéma un camarade à qui j'ai emprunté sa capote m'attends, dépeche toi je pars en permission ce soir ,toi demain on nous envoie en Algérie.

Le lendemain je prends le train pour Sarrebruck ,Metz et Valenciennes.Un train militaire spécial réservé aux soldats que l'ont envoie en Algérie.

A cette époque chaque soldat stationné en Allemagne a droit de rapporter un objet d'une certaine somme à la fin de son service sans payer un droit de douane. J'avais achété un appareil photo voitlander que je décide de rapporter chez moi.

Arrivé près de la frontière par précaution je cache l'appareil photo dans mon slip. Heureusement le train stoppe à la frontière et chaque militaire est fouillé par les douaniers.

Le douanier me palpe mais ne trouve pas l'appareil . On nous envoie en Algérie  d'où certains ne reviendrons pas et on nous fouille pour savoir si on ne passe pas quelque chose en fraude,quelle désilusion.?

Quand j'arrive chez moi ,ma mère a tout de suite compris et est éffondrée.

La préparation,le départ de Landau

De retour à la caserne après 8 jours de permission il faut préparer la division pour son départ vers l'Algérie.

Déplacée une division blindée avec tout son matériel n'est pas une mince affaire. Seul le contingent qui doit bientot être libéré reste sur place avec les chars Patton qui ne sont pas du voyage.

Chaque soldat se voit attribué une arme, je touche une carabine US m1 sans les cartouches. Les véhicules sont attribués ,je reçoit un GMC lot 7,un GMC avec un petit atelier d'entretien, le GMC  est accompagné d'une remorque. Quand je vois la remorque qui est plus longue que le GMC je me dit c'est pas possible je sais à peine conduire,aussi je demande pour la changer.

 Heureusement ma demande est acceptée, la remorque pont d'élévation est remplacée par une plus petite.

A la fin de la semaine la compagnie est prète à partir. Le dimanche matin on embarque le matériel sur un train spécial  sous une tempête de neige. Le train quitte Landau le dimanche à midi pour Marseille.

.Il nous faut plus de trente heures pour ralllier Marseille. nous arrivons à Marseille le lundi vers 20 heures,le temps est estival,il fait chaud,quel contraste avec l'Allemagne.

il faut débarquer le GMC du train. Les convois sont allignés côte à côte, entre chaque wagons on a  mis des traverses de chemin de fer,avec le GMC il faut remoner tout le train d'un wagon à un autre.

Le GMC débarqué on doit laiisser son paquetage sur le quai de la gare et son arme. Heureusement j'avais noté son numéro  je la retrouve au camp Sainte Marthe où nous passons la nuit, Avant on traverse tout Marseiile pour conduire les véhicules sur  le Colomb Béchar le cargo qui va les transporter en Algérie.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Soldat en Algérie 1956-1957

Le voyage et l'arrivée à Mers El Kébir

Mon GMC est embarqué sur le Colomb Béchar.

Le lendemain on embarque sur L'Athos 2 ,un transport de troupe qui était utilisé vers l'Extrème Orient capable d'acceuilir plus de 2000 soldats.. On quitte Marseille peut après midi.. le voyage va durer 40 heures.

On passe près des Iles Baléares dont on peut apercevoir les lumières. le bateau accoste à Mers El Kébir. la musique de la légion nous accueille.

. Les actualité cinématographiques et les journalistes nous mitraillent.. Nous posons le pied sur le sol africain au son de la chanson " c'est nous les Africains"..

Ensuite il faut récupérer son véhicule pour gagner notre bivouac sur un térrain vague à La Sénia où l'on attend le reste de la division

.Il manque des chauffeurs,normalement on doit être secondé par un chef de bord.mais je suis seul ,à la sortie d'Oran alors que je traverse un douar le GMC tombe en panne. Aussitot les enfants accourent et veulent grimper dans le véhicule,seul j'ai bien du mal à les en empecher avant que l'on vienne remorquer le véhicule.

Finalement je réussis à gagner notre bivouac.

Un grand défilé militaire est organisé dans Oran en présence de Robert lacoste et du ministre de la défense

L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à  La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2
L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à  La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2
L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à  La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2
L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à  La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2
L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à  La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2
L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à  La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2
L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à  La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2
L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à  La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2
L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à  La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2
L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à  La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2

L'Athos 2,l'écho d'Oran,sur le quai de Mers el kébir, sous la tente à La Sénia, la msusique de la légion a bord de l'Athos 2

Le départ de la Sénia pour Blida

On bivouaque dans le sable à la Sénia.

. Chaque soldat a touché un tiers de tente pour se regrouper avec 2 autres soldats et monter une tente.

Les conditions de vie sont précaires on doit nettoyer sa gamelle avec du sable, car nous n'avons pas d'eau. nous n'avons toujours pas de munitions..

Nous partons pour Orléansville qui vient d'être dévasté par un tremblement de terre. où nous passons la nuit au milieu des ruines.

Le lendemain nous gagnons Blida, Nouveau bivouac dans un terrain vague, il faut installer des fils de fer barbelés.Une mangeoire à animaux nous sert de lavabo.. il pleut à verse et dans nos petites tentes tout est mouillé,en plus il faut faire attention aux scorpions. Avant de mettre ses chaussures il faut vérifier si un scorpion ne si cache..

Après une semaine nos tentes individuelles sont remplacées par une tente marabout. cette tente est installée sur l'emplacement des tentes individuelles et les rigoles faites pour récupérer l'eau.

Pour dormir on touche de la paille qui se transforme rapidement en fumier avec l'eau des rigoles

.Le 3 mai je passe ADL(au delà de la durée légale qui est de 18 mois).dans l'indifférence générale,on ne parle que des rappelés qui pour la plus part n'ont fait que 15 mois.Le 15 mai. La division est de nouveau déplacée et est envoyée dans l' Oranais où le FLN se montre actif..

Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957

Mai Juin 1956 Ain Temouchent, la bataille des petits carrés, la quadrillage

 

Max Lejeune le secrétaire d'état aux forces armées,spécialement chargé de l'armée d'Algérie met au point la fameuse tactique des petits carrés appelé  quadrillage

On quitte Blida début mai pour Descartes.

On fait un arrêt à Pérregaux où on passe la nuit .

On traverse Sidi Bel Abbes et passons devant la maison natale de Marcel Cerdan pour arriver à Descartes. où on s'installe dans une ferme perdue au milieu des vignes.

Nous sommes le 16 mai la compagnie est installée au dessus des cuves à vin. la nuit commence à tomber,il est 21 heures. Tout à coup des rafales de fusils mitrailleurs crépitent. Des assaillants auraient été aperçu par les hommes de garde qui auraient riposté.

De nombreuses fermes sont attaquées et incendiées par la rebellion.

Je viens de me coucher,un camarade me dit c'est pas grave c'est pour entrainer  le peloton d'intervention. C'est l'éffervecense ,certain cassent les vitres des fenêtres et tirent.

Un camarade écrivait une lettre,il saisit son casque où du linge trempait et le met sur sa tête avec le linge.

le capitaine arrive et crit rassemblement,les lumières s'éteignent,je vais au_ rassemblement en slip.

j'ai du mal à trouver mon arme et ses munitions. Finalement tout se termine bien seul un soldat sera bléssé par balles,tirées par qui ?. cet épisode me servira de leçon.

Dorénavent je dormirais avec mon arme attachée au poigné ou sous mon oreillet et mes vêtements bien rangés.Nous changeons à nouveau de lieu apres quelques jours. Les soldats sont répartis par petits groupes dans des fermes où nous devons réparer le materiel des unités des environs et aussi assurer la sécurité de la ferme.

Nous sommes une petite dizaine dans une ferme perdue dans les vignes à quelques kilomètres d'An Témouchent.

Une nuit sur deux on doit monter la garde dans la ferme et au milieu des vignes,les factions durent 2heures 30..

Toutes les nuits on entend des fusillades.

De nombreuses fermes sont incendiées,les agricuulteurs assassnés.une nuit 47 fermes sont incendiées,20 agriculteurs assassinés.

Nous n'avons même pas de radio, juste un fusil mitrailleur.

Pour la pentecote comme repas on nous distribue des rations militaires. pendant trois jours nous n'avons droit qu'à des biscuits.

Pour le café le matin le soldat de garde le prépare en  mettant du café dans un grand sac de jute qu'il plonge dans uin grans seau.

  C'est l'angoise qui règne,on s'attend à être attaqués.

Pour les repas, un véhicule se rend tous les jours à  plusiers kilomètres pour chercher les repas dans une marmite norvégienne. Quand il revient  tous les repas sont mélangés avec les chaos de la route..Fin juin on change encore de lieu direction la frontière marocaine..

Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued
Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued

Avec un caméléon, dans la cour de la ferme,la lésive dans un oued

Juillet 1956 Eugène Etienne,(Hennaya)Nedroma

La compagnie est envoyée à Eugène Etienne près de Tlemcen où elle stationne dans le centre du village.

La région est infestée de rebelles.

En début de soirée,chaque jour , elle essuie des tirs de fusils . ensuite les rebelles s'éclipsent dans la nuit.

Une nuit des arbres sont abattus et barrent tous les accès du village.

La compagnie restera à Eugène Etienne jusqu'au printemps 1957.

Des petites sections sont détachées dans diverses unités.

je me retrouve détaché à la légion étrangère au 5ième REI à Nédroma.

Le lieu n'est guère plus aceuillant qu'Eugène Etienne..

Les rebelles contrôlent toute la région et la légion y est envoyée pour en reprendre le contrôle.

Nédroma passe pour être le village le plus étendu de toute l'Algérie. Il est situé à flanc de colline à environ 20 kilomètres de la mer que l'on peut apercevoir par temps clair. Les étés y sont torrides..Il n'y a que quelques points d'eau dans le village où l'eau ne coule que 2 heures par jour. le courrier y arrive avec une semaine de retard.

L'insécurité règne des la sortie du village. les accrochages sont nombreux. Le FLN voulait fêter le 14 juillet à sa manière en projetant de s'emparer du village..

Durant 3 jours les combats furent acharnés avec de nombreux morts.

Le lieutenant nous réunit tous les soldats présents à Nédroma vont être envoyé au front si les rebelles continuent de résister,finalement après 3 jours de combats les rebelles sont neutralisés.

La légion organise des séances de cinéma en plein air dans la cour de leur caserne,mon voisin légionnaire me prévient,souvent les rebelles tirent au fusil sur l'écran pour montrer leur présence.

Fin juillet nous quittons la légion pour les fusilliers marins.

L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir
L'écho  d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir

L'écho d'oran sur les combatts du 14 juillet 1956, les chars partent en opération, le cantonnement, la salle à mager, le dortoir

Nemours juillet 1956-mars 1957

Opération Zoulou. la division est envoyée pour reprendre le contrôle de la frontière algéro marocaine

Fin juillet nouveau déménagement. Ma section est envoyée à Nemours chez les fusillés marins.Encore une fois on s'installe dans un terrain vague à l'entrée de Nemours ,un port situé à 20 km de Nedroma pas loin de la frontiere marocaine. Une nouvelle fois on doit poser des fils de fer barbelés,organiser le camp En mai 1956 la demi brigade de fusillés marins est crée sous le commandement de l'Amiral Ponchardier et envoyée à Nemours pour reprendre le contrôle du secteur de Nemours au main des rebelles..Le 7 mai 1956 la ville de Nemours avait été attaquée par les rebelles. l'insécurité règne en ville et au sortir de Nemours.. Les accrochages et opérations sont nombreuses avec l'intervention de l'aviation. Quelques soldats de la section participent à ces opérations comme soutien logistique.. Fin septembre une grosse opération a lieu. Après avoir été de garde toute la nuit,nous partons vers 3 heures du matin tous phares éteints. L'aviation doit intervenir au petit matin avant le ratissage prévu.Un évenement météorologique imprévu va annuler l'opération.Un typhon d'une rare violence va balayer la région qui fera une quarantaine de morts L'aviation est clouée au sol,les soldats doivent s'abriter dans les véhicules. je m'abrite dans un GMC celui ci par moment est soulevé par le vent.A Nemours un cantonnement des fusillés marins est anéantis. On retrouve des soldats ligotés dans des fils de fer barbelés,Un avion est réduiit en morceaux. Pres du phare de Nemours 2 soldats qui s'était réfugiés dans leur GMC sont portés disparus avec leur véhicules. Le vent à soufflé à plus de 240 km/heure. Un douar est complétement rasé. .Une nuit une patrouille de fusilliers marins surprend un groupe de rebelles entrain de poser plus de 300 kg de dynamite sous un pont à la sortie de Nemours. après de violents combats le groupe est anéantis plusieurs sont fait prisonniers(photos). Les routes sont minées par les rebelles, de nombreux véhicules détruits et des soldats sont tués,notre section est chargée de les récupérés. Les soldats sont enterrés sur place et ne sont pas rapatriés,parait il c'était interdit. Le premier janvier 1957 on nous fait défiler dans Nemours. Fin janvier la 54 2 B est libérée après 30 mois de service. A la mi janvier je suis envoyé en permission,

Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957

Les mines en photos

Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957

Le  typhon en images

Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957

 La permission

Aller en permission était toute une expédition. Début janvier une partie des soldats de la 54 2 C est envoyée en permission. De Nemours un convoi de GMC accompagné par un char en tête et un en queue nous conduit à Eugène Etienne puis Tlemcen où nous prenons le train pour Oran. La aussi le train est protégé par des soldats.

Arrivé à Oran je prends le skaugum pour Marseille. Ensuite  Marseille Paris gare de Lyon par train électrique et à vapeur le TGV n'existe pas. Gare du Nord Paris pour Douai où il faut passer la nuit debout dans la gare provisoire pour au petit matin prendre un autobus pour Denain. Au total il faut près d'une semaine pour arriver à Denain.

Le retour sera encore plus long. A Paris on se retrouve à plusieurs camarades de régiment. on décide de prendre le train du lendemain pour arriver en retard à Marseille. On évite les militaires venus ceuillir les miltaires pour les conduire au camp Sainte Marthe où l'on arrive avec 2 jopurs de retard. Evidement notre bateau n'a pas attendu. il nous faut patienter une semaine au camp Sainte Marthe pour prendre le Sidi Bel Abbes. Pour pouvoir profiter de la cantine on doit faire des corvées,néttoyer et participer à creuser une piscine. Le soir on peut sortir dans Marseille.Après une semaine d'attente on gagne Oran sur le Sidi Bel  Abbes.nous ne sommes pas encore arrivé à Nemours. Arruivés à Oran nous sommes bloqués plusieurs jours les rebelles ont fait sauté un pont entre Oran et Tlemcen.Finalement il nous faudra près de 2 semaines pour regagné Nemours.

1 nLe Skaugum,2 le Sidibellabes
1 nLe Skaugum,2 le Sidibellabes
1 nLe Skaugum,2 le Sidibellabes

1 nLe Skaugum,2 le Sidibellabes

Bouguirat avril 1957

Début avril nouveau déménagement. La division est envoyée dans les environs de Mascara. Notre unité stationne à, Bouguirat. Quel changement,pas de couvre feu à 19 heures,on a quitté une zone de combats où le danger est présent à toute heure de la journée et de la nuit. Depuis un an on vit avec la peur.On loge dans des écuries chez l'habitant . Pour moi c'est bientôt la quille. Pour le dernier transfert de la division je conduit unh camion atelier à la place de mon lot 7 habituel qui lui voyagera par bateau jusqu'à) Mostaganem où j'irais le récupérer. Ma section possède 6 GMC ateliers. Ce sont des GMC spéciaux,avec une caisse beucoup plus grande. Chaque GMC est spécialié ,avec un tour ,un étau limeur,un autre avec de l'outillage de chaudronnerie,de soudage,ou de réparation électrique,ou de peinture

Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957

 La quille  

  Le 9 4 1957 je suis renvoyé dans mes foyers avec solde de 45 jours et libéré de mes obligations militaires le 16 5 1957. Après mes classes du 4 11 1954 au 16 1 1955 au camp de Stetten en Allemagne qui lors de la seconde guerre était un camp d’entrainement pour les SS qui partaient sur le front russe.

Des classes dans des conditions météo polaires , parcours du combattant dans 50 cm de neige, patrouille la nuit par des températures avoisinant les moins 15, séances de tirs dans des tempêtes de neiges.

Chaque jour à 7 h le matin ont devait assister au lever du drapeau et présenter les armes, en première tenue, sans gants en punition, quelques jours avant que j’arrive des soldats s’étaient tués dans les gorges du Danube alors qu’ils avaient fait le mur.

Après les classes direction Landau pour la 5ième DB et le 85 BRDB.

La aussi une discipline de fer, tous les jours sauf le dimanche parcours du combattant avant de se rendre à l’atelier pour réparer les véhicules. Je fais équipe avec 2 employés allemands dont un ancien soldat de la wermacht qui a séjourné à Lens durant la seconde guerre.

On participe à de nombreuses manœuvres à travers l’Allemagne souvent avec l’armée américaine ce qui sera utile en Algérie.

En février 1956 on part 15 jours en manœuvres à Musingen, la température est descendue à moins 35 ,je conduis une jeep sans côtés. Sur le parcours j’accroche un rétro viseur d’une voiture allemande qui me vaut 15 jours de prisons au retour de manœuvres

Ensuite l’Algérie d’où j’aurais la chance de revenir, pas comme près de 30 000 soldats qui y ont laissé leur vie où qui sont revenus handicapés.

L’expérience des anciens d’Indochine face à la guérilla nous a bien servis ainsi que la discipline. Une nuit un nouvel arrivant qui n’était pas heureux d’être en Algérie n’avait pas monté la garde et était parti dormir faisant courir un risque mortel à la section. Quand celui qui prenait sa suite s’aperçu du fait, alla le réveiller, celui-ci se fit luncher par l’ensemble de la section.

Pour ma dernière traversée de la méditerranée je prenais le ville d’Oran et regagnais Denain loin du soleil pour reprendre mon travail au bureau d’études des établissements Cail.

Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Soldat en Algérie 1956-1957
Commenter cet article

CORRE PENGAM 19/07/2017 14:44

Bonjour M. FIEVEZ,
Je lis avec plaisir votre réponse, qui à nouveau, va me permettre de poursuivre mes recherches sur cette période et sur mon père, qui malheureusement n'est plus là.
Merci infiniment pour votre aide, vraiment précieuse.
Excellente fin de journée à vous.
G.Corre-Pengam

PENGAM 10/07/2017 18:16

Bonjour M. FIEVEZ,
Je reviens vers vous pour vous donner quelques informations au sujet des recherches que j'ai pu entamer, grâce à vos conseils au sujet de mon père, rappelé en Algérie en mai 56. J'ai pu retrouver son numéro matricule, puis obtenir sa fiche (en passant par la caserne Bernadotte de Pau qui m'a orientée vers le BCRM de Toulon). Enfin,c'est au Château de Vincennes, au SHD, que j'ai pu trouver de précieuses informations sur la DBFM de Nemours et trace de ce fameux cyclone que je situais à tort en août, En fait, mon père n'a pu revenir à Brest pour ma naissance (le 2 août) que plus d'un mois après celle-ci. Cette tornade s'est abattue sur Nemours le 17 septembre 1956, à 8h15 A. J'ai pu consulter de nombreuses archives à Vincennes et lire notamment qu'un Mirador type DBA de 18 m. a été arraché et sa carcasse tordue retrouvée à 200 m. du cantonnement.
Encore un grand merci à vous. G. Corre-Pengam

Jean Fievez 11/07/2017 15:30

Bonjour depuis j'ai trouvé la date exacte le 17 septembre à 8h15 un habitant de Gazouet (Nemours) m'a envoyé le renseignement, il est né la veille et sa maison a été gravement endommagée. il habite toujours Nemours et m'a même invité. Depuis quelque mois la BNF sur son site Gallica a numérisé l'écho d'oran depuis sa création jusqu'en 1956. pour le consulter aller sur gallica presse, ensuite clic sur les principaux journaux, faire défiler jusqu'à l'écho d'oran, un tableau s'affiche avec les années, clic sur 1956, ensuite un autre tableau avec les mois, ensuite les jours, clic sur 18 septembre il y a le reportage sur la tornade avec les noms des soldats tués. en consultant l'écho d'oran vous verrez qu'li ne faisait pas bon d'être à Nemours, et il y a de nombreux articles sur l'activité des fusillers marins. Bonne lecture j fievez

Vassili le Moigne 04/05/2016 08:39

Merci de ce partage. Mon pere etait a Blida en 1956-57 mais n'a jamais parle de ce qu'il a vu/fait. Une vraie huitre. Pour moi, vos ecrits m'aide a comprendre.

belaid 17/01/2016 21:12

salut JEAN en regardant votre site je suis stupefait par le fait de citer ce thypon
pour vous dire monsieur moi je suis ne le dimanche 16 septembre 1956 vers 20h du soir au douar que vous avez cite dans votre commentaire ( quartier qu on apelle CHEFEK) situe entre le phare de NEMOURS et le poste d aviation sur les hauteurs ouest de nemours juste a cote d une eglise si vous avez la memoire encore et le lundi 17 septembre 1956 vers 08h du matin est arrive subitement ce cyclone il a fait 12 morts civils dans le douar cote militaire francais je ne sais pas
NB: ces propos c est mes parents qui m ont raconte d ailleurs la chambre ou se trouvait ma mere son plafond est parti en l air

belaid 21/01/2016 21:47

voila mon adress JEAN djam_bou@outlook.com:

fievez 20/01/2016 20:15

pour vous envoyer les photos et extrait du journal j'ai besoin de votre e mail
le mien est jean-fievez@]Wanadoo.fr

Jean Fievez 19/01/2016 16:43

Le journal que je possede est daté du 7 10 1956. la date exacte je ne la connais pas , ce devait être un lundi matin. à 8 heures. a l'époque on parlait de 40 morts au total.dans le journal on cite 12 civil. J'ai été contacté par plusieurs personnes pour la date de ce cyclone dont une personne dont le père aurait dut_ être dans le poste militaire, mais était en permission pour sa naissance. si j'ai d'autres renseignement je vous les comuniquerai. mon bivouac se trouvait à la sortie de Nemours, en face il y avait un petit garage dont l'enfant venait souvent nous voircordialement

PENGAM 18/12/2015 16:01

Bonjour, mon père était à Nemours durant l'été 1956. Je recherche des informations sur ce cyclone, notamment les dates exactes.
Merci beaucoup, cordialement. G.PENGAM

fievez 20/01/2016 20:30

la date est le 17 septembre. votre père devait être fusillié marin. Pour ma part j'étais détaché chez les fusillirs marins, je bivouaquais à côté de leur caserne, on dépendait d'eux pour la nourriture, on était chargé de la réparation des véhicules te tout le matriel pour la région de Nemours. Vous pouvez retrouver le parcours de votre père. il faut d'abord retrouver son numéro matricule, la liste se trouve peut être aux archives départementale du département de sa naissance, l'année de ses 20 ans. ensuite il faut consulter le recueil des fiches matricules où se trouve sa fiche matricule qui vous donnera son parcours ces fiches ne sont pas encore consultables sur internet mais étant le fils vous devriez avoir acces .adressez .vous aux archives départementales du département de sa naissance

belaid 19/01/2016 19:30

salut JEAN
comme j ai vous dit la date du typhon c est le lundi 17 septembre le matin vers 07h ou 08h il a frappe les hauteurs de NEMOURS et ses traces sont restes apres les piliers en fer de la ligne electrique torsades
je vous demande de bien vouloir m envoyer le journal dont vous parlez ou toute autre photo faisant appâraitre les degats de ce typhon

PENGAM 19/01/2016 15:04

Merci Monsieur Fievez pour votre retour. En fait,mon père est décédé depuis déjà fort longtemps et à l'époque, j'avoue (et je le regrette bien désormais) ne pas trop m'être intéressée à son rappel en Algérie en mai 1956. Il ne me reste qu'une photo de lui en soldat peut-être à Nemours et un article de journal (malheureusement sans le nom) évoquant ce typhon. Quand celui-ci a dévasté cette région, mon père était en permission à Brest, à l'occasion de ma naissance, je suis née le deux août.
Et quand il est reparti là-bas,il a appris que dans son cantonnement (j'en déduis que c'est celui dont vous parlez) deux de ses compagnons avaient trouvé la mort.Il devait donc être fusilier marin.Mais les dates évoquées ne sembleraient pas correspondre. Je réalise que j'ignore tout de cette épisode de sa vie. Savez-vous s'il est possible de se procurer le double d'un carnet militaire? Et si oui, comment? Par quel organisme ou quelle association?
D'avance merci pour toutes les informations si minimes soient-elles,qui me permettront de reconstituer cet événement.
Bien à vous, G.Pengam

Jean Fievez 31/12/2015 10:54

Bonjour.
je n'ai pas la date exacte, ce doit être entre le 1er octobre et le 7 , l'article aparu dans radar du 7 octobre. d'après mees souvenir ce devait être un lundi, j'avait été de garde la nuit, et il avait fait de l'orage toute la nuit. Nous sommes partis en opération en fin de nuit, il faisait encore noir. Arrivé dans le djebel on attendu quelques temps, les informations venaient qu'il y avait eu un typhon sur Nemours avec de nombreux morts. Il est passé près de nous mais sans faire de dégâts. Je me suis abrité dans un gmc , celui çi par moment se soulevait. Ensuite l'opération a été annulée les avions ne pouvant intervenir. sur le retour on a traversé un endroit où le typhon était passé, la terre avait été rabotée. heureusement qu'il avait cette opération car il y aurait eu beaucoup de morts chez les fusilliers marins, le typhon est passé sur un de leur cantonnement.
cordialement

À propos

Souvenirs des années soixante à travers les livres et la presse